Je sais que j’ai déjà écrit un article sur le sujet, mais ayant récemment posté moi-même une annonce sur TranslatorsCafe, je trouvais intéressant de partager mon expérience de donneuse d’offre.

Certaines candidatures m’ont vraiment étonnée (voire consternée). Voici leurs principales erreurs :

Le muet :

Certains candidats ne se donnent pas la peine d’écrire une lettre de motivation, même infime, ou au moins de dire bonjour. Ils se contentent d’envoyer leur CV sans un mot. Il va de soi que ce genre de mails va directement à la poubelle, pour ma part – un minimum de civilité, que diable !

L’aveugle :

J’ai également reçu des mails de personnes qui soit n’ont pas lu mon annonce jusqu’au bout, soit ont simplement décidé d’envoyer leur modèle type de candidature. Sincèrement, ça se remarque. Alors oui, je conseille dans un de mes articles d’avoir une base pour ne pas toujours réécrire les mêmes infos. Mais de grâce, ne l’envoyez pas sans ajouter un minimum d’informations liées au donneur d’offre histoire de lui faire sentir que vous avez lu son annonce et respectez ses demandes. Les candidatures en anglais alors qu’il est clairement spécifié de répondre en français, par exemple, c’est très agaçant.

Le surdoué :

Que certains aient deux langues maternelles, je veux éventuellement bien y croire – dans des circonstances exceptionnelles. Mais bizarrement, presque la moitié des gens qui m’ont contactée m’ont annoncé traduire de l’anglais vers le français ET du français vers l’anglais, en espérant marquer des points. Mieux encore : ceux qui disent traduire du français vers l’anglais et l’espagnol, de l’espagnol et de l’anglais vers le français et même de l’espagnol vers l’anglais et inversement. Waw, trois langues maternelles ! Sincèrement, à moins de tomber sur un client qui ne connaît rien à la traduction, évitez ce genre de déclarations – ou justifiez-vous, si VRAIMENT vous êtes capable de traduire dans les deux sens sans aucune faute.

L’insistant :

Il vous contacte via toutes vos adresses (j’en ai trois, longue histoire, mais je les consulte en même temps, inutile de m’envoyer trois fois le même mail), puis qui vous appelle pour vous dire qu’il vous a envoyé un mail et vous renvoie un mail pour avoir des nouvelles – tout ça en l’espace de deux heures. Oui, c’est bien de montrer que vous êtes motivé et intéressé. Non, ce n’est pas bien d’oppresser votre (ex-)futur client.

Le distrait :

Il oublie des mots et/ou fait des fautes de frappe. J’avoue que dans ces cas, à moins d’avoir été vraiment intéressée par le profil, j’ai préféré ne pas sélectionner une personne qui fait des erreurs dans une lettre de motivation visant à démontrer son professionnalisme, son sérieux, sa concentration, bref, vous avez compris le concept.

L’inconnu :

Un des profils les plus fréquents, malheureusement. Une adresse mail nom979@hotmail/gmail/aol, pas de site Internet, pas de page Facebook/Twitter/LinkedIn, à la limite un profil ProZ ou TC mais très peu rempli… Impossible de trouver des informations à son sujet, il est complètement inconnu au bataillon. Désolée, mais de même que je n’accepte pas de projets pour un client qui n’a aucune présence sur Internet, je n’engage pas un traducteur fantôme. C’est peut-être idiot, il est peut-être très doué, mais je ne prends pas le risque.

Le rebelle :

l’annonce est clôturée, mais il répond quand même. Bon, j’avoue, j’ai tout de même gardé l’une de ces candidatures parce que le profil était vraiment bien. Mais dans l’ensemble, c’est plus agaçant qu’autre chose : si on clôture l’annonce, c’est qu’on a déjà assez (voire trop) de profils qui conviennent. J’ai reçu presque une dizaine d’autres réponses après avoir clôturé mon offre ; certaines étaient bien, certes, mais malheureusement, c’est trop tard…

Conclusion :

Mon but n’est bien sûr pas de me moquer de ces candidats, mais de souligner leurs erreurs si fréquentes et si fatales. Je voudrais également rassurer ceux qui craignent de postuler à certaines annonces en voyant que 30 autres ont déjà tenté leur chance : sur la trentaine de candidatures que j’ai reçues, une vingtaine rentrait dans une ou plusieurs des mauvaises catégories de cet article – et je ne parle même pas de ceux qui m’ont répondu dans un français truffé de tellement de fautes qu’il m’était impossible de prendre leur candidature au sérieux (pour une traduction vers le français).

Bref, le client ne choisira pas le premier à postuler, mais celui qui a le profil le plus adapté, vous avez donc vos chances. (Et pour les curieux : oui, j’ai trouvé mon bonheur et j’ai gardé les quelques candidats qui ont répondu à mon annonce de manière intelligente, adaptée, et professionnelle. Tout est bien qui finit bien !)


0 Comments

Laisser un commentaire

Avatar placeholder

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.