Et je HAIS tous ces articles qui vous expliquent les bienfaits du téléphone dans la prospection ou qui vous conseillent d’appeler vos clients pour rester en contact. Je fais partie de ces gens qui font semblant de ne pas entendre quand leur téléphone sonne, puis qui écoutent le message qu’on leur a laissé. (Et si vous, vous faites partie de ces gens qui ne laissent pas de message en se disant qu’ils rappelleront, sachez-le, je vous HAIS aussi. Sinon, oui, je suis de bonne humeur, aujourd’hui, pourquoi vous me demandez ça ?)

Mais pourquoi toute cette haine ?

1) J’ai une mémoire de poisson rouge

Non mais sérieusement, trois minutes après avoir raccroché, j’ai oublié la moitié de ce qu’on avait convenu. « Merde, c’était 15 h ou 17 h ? » D’ailleurs, je ne dois pas être la seule : la plupart des appels se terminent par « OK, je vous envoie un mail pour confirmer tout ça »… Vous ne pouviez pas envoyer un mail directement ?

2) Le temps, c’est de l’argent

Un mail, c’est moins de chichi. On peut le survoler en diagonale pour voir si ça nous concerne ; si oui, on le lit plus en détail, dans le cas contraire, on répond qu’on n’est pas intéressé. En cinq minutes, c’est réglé. Et comme je ne fais pas partie de ces travailleurs qui facturent le temps passé au téléphone ou à répondre à un mail (petit big up à mon comptable), plus c’est rapide, mieux c’est.

3) J’ai une phobie idiote

J’ai toujours peur de ne pas bien entendre mon interlocuteur et de me retrouver dans l’horrible situation du

– « et donc, ce que je vous propose, c’est ahudhhagf »

– « pardon ? »

– « je disais aqusicgab »

– « désolée, je n’ai toujours pas compris, vous pourriez répéter ? »

– « …. j’ai dit que je vous proposais hrggagxk »

– « …ah oui, d’accord. » (… Wait, j’ai dit oui à QUOI, là ?)

​4) Je suis la fille spirituelle de Phil Dunphy

Je suis nulle, sous pression. J’ai besoin d’un certain de réflexion avant de répondre. Un mail, ça permet de réfléchir à ce qu’on nous propose et à ce qu’on va répondre. Ça évite d’accepter trop vite quelque chose, ou encore de refuser trop vite. Quand on m’appelle, j’ai tendance à dire oui ou non à n’importe quoi juste pour en finir. (Très intelligent, n’est-ce pas)

5) …et si je suis dans le tram ?

​Vous l’aurez compris : je déteste les appels téléphoniques. Pour *éventuellement* en accepter un, je dois être dans les meilleures conditions possibles : au calme, avec de quoi noter devant moi. En revanche, je peux lire mes mails et y répondre sans aucun souci dans le tram, en rue, depuis mon lit, sur une terrasse… (Parce que j’ai beau détester le téléphone, mon GSM est toujours dans ma main. Paradoxe du XXIe siècle.)

Categories: Fun

0 Comments

Laisser un commentaire

Avatar placeholder

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.