Eh oui, parlons encore une fois de tarifs en traduction. Vous le savez sans doute, ma philosophie consiste à laisser chacun fixer ses tarifs, et quand un client me propose un tarif qui ne me convient pas, je ne réponds juste pas.

Mais une fois n’est pas coutume. Ici, l’agence ne s’est pas contentée d’essayer de négocier près de la moitié de mon tarif, elle a voulu m’expliquer *pourquoi* elle le faisait.

Et sincèrement, je ne sais pas si c’est de la mauvaise foi ou une déconnexion totale avec la réalité, mais pour résumer, essayer de justifier ses tarifs par « on trouve que 150$ brut par jour, c’est bien pour un freelance » (AH, comme dirait Denis) et « vous comprenez bien qu’on doit faire du profit » (vous comprenez bien que ce n’est pas mon problème), c’est, comment dire…

Bref, je vous laisse découvrir ce petit échange épistolaire entre une agence et un traducteur freelance.

L’agence de traduction: « Vos tarifs sont trop élevés, laissez-moi vous expliquer pourquoi »

Chère Mme Gouzée,

(…) En examinant votre demande, nous avons remarqué que le tarif que vous proposez est plus élevé que ce que nous payons normalement pour cette langue. Le tarif habituel que nous payons à nos traducteurs pour l’anglais< > français est de 0,06 USD par mot source pour la traduction.  

Nous faisons tout notre possible pour nous assurer que nos traducteurs sont satisfaits des tarifs qu’ils reçoivent. (…)

[Spoiler alert : ils ne le sont pas.]

Comment nous calculons les tarifs : nous estimons qu’un traducteur peut traduire une moyenne de 2500 mots sur une journée de 8 heures. Si notre tarif est de 0,06 USD par mot source, cela signifie que le traducteur gagnera 150,00 USD par jour. Cela inclut le fait que la traduction soit soumise à temps et qu’elle soit parfaite en termes de traduction et de formatage.

[Notre calcul : on estime que vous pouvez traduire à la perfection 2500 mots/jour, DONC on vous paye des cacahuètes. On espère que vous êtes satisfaits – en tout cas, ça nous paraît très satisfaisant.]

Comme vous pouvez le comprendre, en tant qu’agence de traduction, nous devons payer nos traducteurs moins que ce que nous facturons à nos clients pour pouvoir faire des bénéfices. (…)

[« Vous comprenez bien qu’on doit faire du profit », certes, et vous comprenez bien que je dois manger ?]

Nous espérons que vous comprenez notre explication. Si vous êtes d’accord, nous serons heureux de poursuivre la procédure de candidature. Toutefois, si vous n’êtes pas en mesure d’accepter, nous comprendrons bien sûr, et nous clôturerons votre candidature, mais nous serons toujours là si vous changez d’avis.

Sincèrement,

Le traducteur freelance: « Vos tarifs sont trop bas, laissez-moi vous expliquer pourquoi »

Cher X,

Merci pour vos explications. Comme vous le dites, à 0.06$/mot, un traducteur gagne 150$/jour, soit 3000$/mois – à condition déjà de traduire 2500 mots TOUS les jours, mais passons. Pour rappel, ceci étant un poste de freelance, je dois payer moi-même mes taxes et cotisations sociales, il ne reste donc plus qu’environ 1500$/mois. Sans compter les jours de vacances (soit 3000$ de manque à gagner pour 20 jours de congé sur l’année, selon votre calcul), les jours de maladie et les tâches non rémunérées : la prospection, la comptabilité, la formation continue, etc. N’oublions pas aussi nos frais, comme l’achat d’un nouvel ordinateur ou encore la licence Trados, pour n’en citer que quelques-uns.

Il reste donc en moyenne 1000$/mois pour un temps plein. J’ai un master et 10 ans d’expérience, ce qui rend donc cette offre encore plus aberrante, mais sincèrement, absolument personne ne mérite de travailler pour 1000$/mois.

Enfin, vous me dites qu’en tant qu’agence, vous devez payer vos traducteurs moins que ce que vous facturez à vos clients pour faire du profit. J’en suis bien consciente, mais au lieu de demander à vos traducteurs de travailler pour moins cher, essayez de facturer plus à vos clients.

Sincèrement,

Le mot de la fin

Ce qui m’a dérangée ici, ce n’est pas tant le tarif en lui-même que les arguments avancés par l’agence. Elle m’aurait dit « nos textes sont vraiment simples, donc vous pouvez traduire 4000 mots/jour » pourquoi pas, ou encore « on demande une traduction de moins bonne qualité parce qu’il y a une relecture derrière, donc vous pouvez traduire plus de mots par jour », admettons. Mais non, rien de tout ça. NOUS devons être conscients qu’EUX doivent faire du profit.

Je suis vraiment curieuse de savoir combien ils facturent à leurs clients et où part la différence.


1 Comment

Sabine · 18 septembre 2022 at 9h35

Je sais de source sûre que certaines agences prennent une marge de 60%!

Laisser un commentaire

Avatar placeholder

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.